René Voillaume:

Depuis que le Christ est né,
une dignité nouvelle pour chaque personne humaine

Le Christ nous a donc donné un nouveau commandement, qu'il appelle aussi " son " commandement : " Oui, comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. " Il y a donc quelque chose de nouveau en ce qui concerne l'amour depuis que le Christ est né en ce monde.

Ce fait nouveau consiste précisément en ce que Dieu s'est incarné et que de ce fait l'homme se trouve surélevé, transfiguré selon une dimension qu'il ne pouvait pas soupçonner. Quand on parle d'amour il faut se souvenir que nul ne saurait aimer s'il n'est d'abord lui-même aimé. Or le Christ, et spécialement lors de son agonie sur la croix, nous révèle l'amour miséricordieux dont Dieu nous aime. Il nous est donné révélation d'un amour immense, infini, plein de tendresse et de miséricorde, qui nous atteint chacun personnellement à travers le cœur blessé du Christ mourant pour nous… C'est la révélation du Dieu-Amour, et d'un amour de miséricorde, d'un amour qui s'approche des hommes, d'un amour qui ne rejette aucun pécheur, car il est de sa nature même de sauver ceux qui tombent, de guérir ceux qui sont malades et de réconforter les faibles. Une dignité nouvelle revêt la personne humaine dans le Christ, car l'homme est devenu fils de Dieu, telle est désormais sa destinée. L'homme ne saurait plus être aimé comme auparavant : il doit être aimé avec la force et le respect dus à Dieu, simplement parce qu'il est un homme. C'est une chose très grande, mais extrêmement rare, de savoir vraiment aimer un homme simplement pour la raison qu'il est un homme.

Lorsque nous aimons quelqu'un, nous l'aimons à cause de ses qualités que nous admirons, ou bien par gratitude, ou bien parce qu'il nous apporte quelque chose, parce que nous avons reçu de lui, parce que nous sommes attirés vers lui par le sentiment d'une sympathie spontanée et sensible. Mais aimer un homme simplement parce qu'il est un homme, que c'est chose difficile !

C'est ce qui fonde l'universalité du précepte de l'amour. L'homme, quelle que soit sa race, sa culture, quelles que soient ses qualités, même celui qui nous hait, celui pour lequel nous n'éprouvons qu'antipathie, celui avec lequel nous n'avons aucun point commun et qui parle un langage différent, cet homme parce qu'il est homme mérite notre amour, et il porte en lui quelque chose d'infini.



Père René Voillaume
Où est votre Foi
Ed. du Cerf 1971 p. 181ss.